¡¡¡ El pueblo unido jamás sera vencido !!!
11 décembre, 2006 @ 4:13 International

Hier Augusto Pinochet est mort !!! 

 

La mort de ce sinistre dictateur marque un tournant dans l’histoire du Chili. Après avoir gouverné d’une main de fer le Chili pendant 17 ans, l’ex-dictateur avait gardé un poids important dans la société chilienne (il est resté commandant en chef des forces armées jusqu’en 1998 puis s’est fait nommé sénateur à vie). Son passage au pouvoir restera comme l’heure la plus sombre de l’histoire du Chili avec un nombre de morts estimé à plus de 3000, tous opposants à la dictature. 

Soutenu par la CIA de George Bush père, ainsi que par un certain nombre de gouvernement européen comme celui de Margaret Thatcher (qui a fait part de sa tristesse suite à la mort de l’ancien dictateur), il devait à leurs yeux constituer un rempart contre le communisme suite à l’accession au pouvoir en 1970 de Salvador Allende à la tête du Frente Popular. Dans sa « lutte contre le communisme », Pinochet a pour le moins été efficace au regard du nombre de morts (en majorité des intellectuels de gauche et les militants sociaux-démocrates et communistes) auxquels il faut ajouter les quelques 100 000 personnes victimes de tortures sous le régime. 

Certains diront que c’est grâce à Pinochet que le Chili est le pays qui se porte le mieux économiquement en Amérique du Sud. Ce serait oublier que pendant la dictature, les revenus du cuivre (dont le Chili est le premier exportateur mondial) ou de l’exploitation des forêts du sud du pays n’ont bénéficié qu’aux membres de la junte militaire ainsi qu’aux industriels américains. Ce serait aussi oublier que derrière la bonne santé économique, les inégalités sont extrêmement fortes dans ce pays qui compte encore bon nombre de bidons villes. Ce serait enfin oublier que le pays qui va le plus mal en Amérique latine, l’Argentine, a lui aussi connu une dictature très proche de celle de Pinochet qui n’a pourtant amené aucune « réussite » économique au pays. Les résultats économiques que connaît le
Chili sont à mettre en parallèle avec la misère qui règne encore largement dans le pays. 

 

Il faut aussi se rappeler que la dictature a mis fin au gouvernement d’Allende, premier socialiste président du Chili, qui avait engagé une politique forte de redistribution en faveur des plus pauvres et de réduction des inégalités. Gouvernement de Front populaire qui avait mis en place un train de réformes en faveur des plus pauvres des chiliens (c’est-à-dire la majorité des habitants). Le coup d’arrêt porté à ces réformes par le coup d’Etat a favorisé les quelques chiliens réunis devant l’hôpital militaire de Santiago, c’est-à-dire ceux qui étaient déjà les plus favorisés. 

 

En tant que Jeunes Socialistes, nous ne pouvons que nous réjouir de voir un dictateur rejoindre le tombeau ainsi que des manifestations qui ont dimanche soir marquées les rues de Santiago pour fêter la mort de l’ancien dictateur, même s’il est déplorable qu’il ait réussi jusqu’à la fin à échapper à ses juges. 

-rephlexion
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

Personnel BU Droit Lettres ... |
Blog Politique de Bruno, un... |
Blog de soutien à la candid... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Nouveau regard, nouvelle Ec...
| democratia
| Mers El-Kébir Franc-Tireur